Visite
de site

Nicolas Van Eck travaille pour la Direction de la Recherche & Développement d’EDF. Il est Responsable de la Communication du site de Chatou. Chaque année, il y accueille des centaines de visiteurs. Quel est l’intérêt des visites de site ? Comment délivrer de bonnes visites ? Il partage avec nous son expérience dans le domaine.

Agent Majeur : Quel est l’intérêt des visites des centres de recherche pour EDF ?

Nicolas Van Eck : Nos centres de recherche sont les vitrines du groupe. Présenter nos activités nous permet de faire parler d’EDF et de valoriser ce que nous faisons en matière de R&D. EDF fait de la recherche depuis la création du groupe, en 1946. Ici, à Chatou, les installations de la direction de la recherche sont essentiellement consacrées au domaine de la production d’électricité : thermique, hydraulique, nucléaire et énergies renouvelables.

Qui visite aujourd’hui vos installations ?

Nous recevons deux types de visiteurs : des personnes internes à EDF ou ses filiales ; des personnes extérieures au groupe, par exemple, élus, clients Grands Comptes, actionnaires, partenaires de recherche, étudiants d’écoles d’ingénieurs ou d’universités dans lesquelles nous recrutons.

Quelle est votre politique par rapport aux visites grand public ?

Organiser une visite, l’animer, accompagner les visiteurs : tout cela est très chronophage. C’est pour cette raison que nous ne recevons pas des groupes de lycéens ou de collégiens. Cependant, nous organisons des journées portes ouvertes. Nous avons 3 sites de R&D en région parisienne : Chatou, Clamart et Les Renardières, près de Fontainebleau.

Chaque année, nous faisons des journées portes ouvertes en alternant les sites. Cette année, cette opération s’est tenue aux Renardières. Au préalable, les personnes intéressées devaient s’inscrire sur Internet. Sur des sites de recherche, nous sommes attentifs aux questions de sécurité et de confidentialité.

Que faites-vous lorsque sont abordés des sujets « sensibles » ?

Dans le domaine de la sûreté, nous avons régulièrement des questions. Suite à l’accident de Fukushima, il y en a eu davantage : qu’a fait EDF ? Avons-nous aidé les japonais ? Si cela se passait en France, que ferait-on ? Quels sont les risques ? Nous, communicants, avons des réponses identiques à celles que le groupe apporte. Il est essentiel d’avoir une cohérence, que les différentes directions du groupe portent le même message. Et il est également essentiel de répondre aux questions qui nous sont posées. Il n’y aurait rien de pire que d’esquiver.

Qu’est-ce qu’une visite réussie ?

Une visite réussie, c’est quand les visiteurs partent en nous serrant la main, en nous disant qu’ils sont contents et que nous faisons des choses passionnantes.

A quoi cela tient-il ?

D’abord, il faut accueillir les visiteurs de manière cordiale. C’est le b.a.-ba, évidemment. Et puis se posent des questions de logistique. Nous devons tenir les délais. Une visite réussie, c’est une visite qui se termine à l’heure.

Ensuite, la visite doit répondre aux problématiques des visiteurs. Aussi, quand je reçois une demande, j’interroge systématiquement mon interlocuteur pour savoir ce qui les intéresse. En fonction de cela, je définis le programme de la visite.

Une visite débute en général par une présentation d’EDF, de la R&D et de nos activités sur le site. Je propose ensuite un panel varié de sujets : les énergies renouvelables, l’impact de la météo sur le marché de l’énergie, l’hydraulique…

Et puis, une visite réussie, ce sont des chercheurs qui aiment présenter ce sur quoi ils travaillent et qui répondent aux questions des visiteurs. Ou bien, quand ce ne sont pas directement les chercheurs qui présentent, ce sont des conférenciers qui savent rendre ces sujets passionnants.

Pour recevoir les nouveaux articles publiés sur ce blog, vous pouvez vous abonner à notre mailing-list et nous suivre sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook et Google +.

> Visite de sites

> Vulgarisation scientifique

> Prise de parole en public

Sur le même thème