5 conseils
pour rédiger sa thèse

Une thèse de doctorat rassemble des éléments provenant de plusieurs années de recherches : elle nécessite une structure solide. Selon Henri Poincaré, célèbre physicien français : «On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres. Mais une accumulation de faits n’est pas plus une science qu’un tas de pierres n’est une maison». Si vous voulez présenter à votre jury une belle et vaste villa, plutôt qu’une pile de gravats, lisez nos conseils pour la rédaction de votre thèse.

1. Renseignez-vous

Cela peut vous surprendre, mais il existe très peu de règles strictes concernant la rédaction d’une thèse. Hormis les pages de couverture et la mise en forme, que votre faculté peut imposer, vous avez la mainmise sur la majeure partie du document. Au cours de vos années de doctorat, vous avez sans doute feuilleté des thèses d’autres personnes, mais avez-vous consigné vos manuscrits préférés ? Il n’est jamais trop tard pour le faire et choisir ceux que vous aimez et que vous n’aimez pas, en notant pourquoi.

Consultez des thèses sur différents sujets, provenant de différents instituts. Soyez attentif à l’organisation, au style d’écriture, au référencement, aux chapitres et illustrations. Familiarisez-vous avec ce qui fait une bonne thèse, cela vous aidera à mieux appréhender la vôtre. Cette tâche est d’autant plus facile que nous vivons à une époque où tout contenu est accessible à l’aide de référentiels en ligne tels que :

Hal.archives-ouvertes.fr (France)
Thesica.org (États-Unis)
Ethos.bl.uk (Royaume-Uni)

2. Gardez votre jury à l’esprit

Votre œuvre sera sans doute lue par de nombreuses personnes dans les années à venir, mais vos lecteurs les plus importants sont par essence les membres de votre jury. Toute forme de communication – écrite ou orale, doit servir à porter un message. Pour le définir, concentrez-vous sur vos lecteurs principaux. Pensez à eux lorsque vous rédigez, car ils détiennent la clé de votre réussite… Voici quelques éléments qu’ils recherchent :

– une structure facile à suivre ;
– de l’originalité dans vos idées ;
– un raisonnement scientifique solide ;
– une présentation rigoureuse ;
– des références pertinentes et adéquates.

3. Planifiez votre travail

Pour gagner du temps, il est important de remettre, à intervalles réguliers, des extraits de votre thèse à votre superviseur pour qu’il les commente, pendant que vous avancez sur d’autres parties. En superposant votre charge de travail avec celle de votre encadrant, vous pourrez optimiser votre temps. Votre thèse de doctorat doit répondre à quatre questions :

– pourquoi ai-je fait ce travail ?
– comment l’ai-je fait ?
– qu’est-ce que j’ai observé ?
– qu’est-ce que j’en pense ?

Les réponses à ces questions s’articulent généralement sous la forme suivante : une introduction suivie des méthodes, des résultats et d’une discussion. Réfléchissez bien à ce que vous devez accomplir afin de compléter chaque section, puis fixez-vous des objectifs réalistes pour les terminer en temps et en heure.

4. Écrivez efficacement

Quand on rédige une thèse, le principal objectif est d’être compris. On n’attend pas de vous une plume littéraire. Vous devez privilégier une écriture simple et fluide, qui porte votre message le plus clairement possible. Evitez l’ambiguïté. Limitez-vous à une idée par phrase et un thème par paragraphe. Si une phrase est trop longue, coupez-la en deux. Sinon, votre lecteur en aura oublié le début avant d’en atteindre la fin. Enfin, à l’exception des termes techniques nécessaires, préférez l’utilisation d’un vocabulaire simple.

5. Demandez conseil

Les personnes qui écrivent une thèse à un moment donné de leur vie n’en rédigeront normalement jamais d’autre. Il n’y a pas de répétition : votre premier essai est le dernier. Certes, vous avez probablement rédigé un mémoire pour votre Master, mais rien d’aussi conséquent qu’une thèse de doctorat. Alors prenez conseil autour de vous : demandez à votre entourage de lire et commenter votre texte partiellement ou dans sa globalité. Nous vous suggérons d’avoir plusieurs types de correcteurs, chacun pouvant vous apporter un retour constructif sur différents aspects de votre mémoire. Votre directeur ou directrice de thèse connaîtra votre sujet sur le bout des doigts. Il/Elle sera en mesure de repérer les erreurs techniques, de donner des conseils sur les références à inclure et de critiquer votre raisonnement scientifique. Un autre scientifique dans un domaine similaire peut vous aider en contestant vos arguments ou en soulignant les parties qu’il faut approfondir ou expliciter. Enfin, un novice (famille ou ami), bien qu’il ne comprenne pas tout le contenu scientifique, peut plus facilement identifier les erreurs d’orthographe et de grammaire.

Lorsque vous serez plongé dans votre manuscrit, vous aurez du mal à prendre le recul nécessaire pour voir vos propres erreurs. Faites-vous guider par des personnes de confiance. Vous n’êtes pas obligé de tout faire seul. Et n’oubliez pas : des formations à la rédaction de thèse existent, comme celle proposée par Agent Majeur. Elles peuvent vous aider à aller dans la bonne direction, via des conseils méthodologiques et des exercices.

Pour recevoir les nouveaux articles publiés sur ce blog, vous pouvez vous abonner à notre mailing-list et nous suivre sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook et LinkedIn.

> Communication écrite

Sur le même thème

2019-07-05T12:20:20+00:00

About the Author: