Titres et communication
scientifique

Lorsque des chercheurs écrivent un article, un rapport ou préparent une communication orale, ils passent beaucoup de temps à réfléchir au contenu et ont tendance à négliger leur titre. Pourtant, il s’agit de l’élément le plus important ! Il doit donner envie à votre public de poursuivre sa lecture ou d’assister à votre discours.

Avant de lister les caractéristiques des bons titres scientifiques, revenons sur leurs différentes formes. Il existe trois types de titres :

–  Déclaratifs, ils décrivent les principaux résultats (exemple : « Un protocole de remédiation cognitive améliore la mémoire des patients atteints de la maladie d’Alzheimer).

–  Descriptifs, ils décrivent le sujet de l’article mais ne révèlent pas les conclusions (ex : « Les effets d’un protocole de remédiation cognitive sur la mémoire des patients atteints de la maladie d’Alzheimer »).

–  Interrogatifs, ils introduisent le sujet sous la forme d’une question (ex : « Quels sont les effets d’un protocole de remédiation cognitive sur la mémoire des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ? »).

En général, le titre est écrit au début du travail de rédaction. Il est ensuite retravaillé à la fin, pour atteindre plusieurs objectifs.

Attirer l’attention du lecteur

Du premier coup d’œil, votre lecteur doit identifier le sujet d’étude et le domaine scientifique. Le titre doit aussi différencier ce document de tous les autres travaux rédigés sur cette thématique. Souvent, en ligne, seule une partie de l’article est accessible gratuitement. Il faut donc pousser le lecteur à acheter l’article entier.

Pensez également à adapter le titre de votre document à son audience : un article dans une revue spécialisée n’aura pas le même titre que le même sujet traité dans un journal grand public, par exemple.

Être concis et spécifique

Typiquement, le titre d’un article de recherche devrait comporter 10 à 12 mots. Un titre à rallonge peut détourner l’attention du lecteur du point important. Un titre doit être précis, spécifique, mais pas trop technique. Evitez les abréviations et les acronymes. Ecrivez les noms scientifiques en entier, et faites références aux éléments chimiques par leur nom générique (pas leur formule).

Par exemple, le titre « Nouvelles applications pour l’électrochimie moléculaire » donne une idée du sujet, du domaine, mais il manque de précision. Un meilleur titre pourrait être : « L’électrochimie moléculaire pour sonder les secrets de la réactivité redox » (Robert et Costentin, 2009). Ici,  le contenu est explicite.

Dans une précédente interview sur ce blog, Michael Alley expliquait qu’un mauvais titre peut même parfois induire le lecteur en erreur. Il illustrait ses propos par l’exemple suivant : « Effets de l’Humidité sur la Croissance des Avalanches ». On pourrait imaginer qu’il s’agit d’avalanches de neige. Mais, en réalité, le document traite des avalanches d’électrons. Ce titre ne permet pas d’identifier le sujet de l’article.

Être retrouvable dans une base de données

Le titre doit permettre au document d’être facilement retrouvable dans une base de données. Pour cela, il est important d’utiliser les bons mots clefs : demandez-vous quels termes vous utiliseriez pour trouver votre article sur internet.

Les algorithmes de moteurs de recherche donnant plus de poids aux termes moins communs, il faut utiliser des mots clefs précis. Evitez aussi les mots vides de sens : études, rapport, mesure expérimentale, approche théorique…

Prenons l’exemple suivant : « Etude de composés semi-isolants sous irradiation électronique. » Ce titre pourrait être amélioré en utilisant les mots clefs appropriés. Par exemple : « Influence d’une irradiation électronique sur les non linéarités photo réfractives dans les composés semi-isolants III-V et II-VI. » (Delaye, 1993).

En résumé, un bon titre doit attirer l’attention de votre public, lui donner des informations sur le contenu de votre communication en étant concis et spécifique et comporter des mots clefs pour être retrouvable dans une base de données.

Pour recevoir les nouveaux articles publiés sur ce blog, vous pouvez vous abonner à notre mailing-list et nous suivre sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook et Google +.

> Prise de parole en public

Sur le même thème