Stress
au travail

Patrick Légeron est psychiatre et spécialiste du stress professionnel. Fondateur du cabinet Stimulus, il est l’auteur du livre intitulé « Le stress au travail », aux éditions Odile Jacob, ainsi que du rapport sur les risques psychosociaux remis au ministre du Travail.

Agent Majeur : Qu’est-ce que le stress ?

Patrick Légeron : C’est un mot très utilisé mais pas toujours bien compris. Le stress a été mis pour la première fois en évidence par des scientifiques qui étudiaient le comportement de souris dans les années 30. Il est apparu comme un phénomène naturel, comparable pour tous les mammifères, y compris l’être humain. En l’occurrence, le stress est la réaction de l’organisme dans une situation que l’on appelle, en psychologie, de contrainte.

Pour l’animal, le danger, ce sont les prédateurs. Le stress les pousse à attaquer ou fuir la source de stress. Le stress ne peut ni ne doit se supprimer. C’est une réaction innée qui nous permet de nous adapter aux situations difficiles que nous rencontrons. Expérimentalement, des chercheurs ont réussi à créer des souris sans stress. Mais elles n’ont plus aucune réaction face à des prédateurs et se font dévorer par le premier chat qui passe. Le stress est utile mais il faut le consommer avec modération.

Le stress a-t-il changé de nature ?

Oui, car il s’est produit un décalage entre la manière dont l’être humain a été programmé et la nature des facteurs de stress. L’homme des cavernes, comme l’animal, était stressé par les prédateurs, les catastrophes naturelles. Aujourd’hui, le stress physique existe toujours mais dans une moindre mesure.

Au travail, par exemple, la pénibilité physique a considérablement diminué, voire disparu dans de nombreuses professions. Pour l’homme contemporain, le danger sera majoritairement psychologique ou social. Vais-je être à la hauteur ? Comment vais-je être considéré ? Vais-je garder mon emploi ? Le stress physique a fait place au stress psychologique.

Et puis, le stress est devenu chronique. Pendant longtemps, le stress était ponctuel, il apparaissait puis disparaissait. Maintenant, il est installé en permanence, même la nuit, en particulier dans les environnements urbains. L’être humain n’était pas prêt à faire face à ce décalage. Le stress n’est plus seulement une fonction utile, c’est devenu une fonction problématique.

Quelle est l’ampleur du phénomène ?

Dans notre cabinet, nous avons évalué le niveau de stress de plusieurs dizaines de milliers de salariés en France. 28 % d’entre eux connaissent un stress trop élevé. Il s’agit d’un problème de santé publique car ces personnes sont à risque pour leur santé : maladies liées au stress, suicides.

Quelles sont les origines du stress au travail ?

Le premier facteur de stress est la pression. Le travail est contraignant car il est axé sur la performance, les résultats. Il faut faire les choses vite, la charge de travail est importante. Cette pression est accentuée par un sentiment de ne pas avoir toutes les ressources matérielles et intellectuelles pour y faire face.

L’individualisme est le deuxième facteur de stress. Le monde du travail est devenu extrêmement compétitif entre les individus. C’est la culture du chacun pour soi. Or, le collectif était un élément clé pour se sentir bien au travail. L’homme est presque devenu un loup pour l’homme. Pas seulement au sein de l’entreprise. Nous avons beaucoup travaillé avec les conducteurs de bus. Pour eux, le premier stresseur, ce ne sont pas les embouteillages, ce sont les usagers.

Si le stress se limitait à ces deux facteurs, ce serait encore gérable. Mais à cela vient s’ajouter un troisième facteur : le changement permanent. Le monde du travail est instable, aussi bien au niveau macroscopique : restructurations, réorganisations, fusions, qu’au niveau des techniques : outils, logiciels. Cette confrontation incessante à la nouveauté fait naître le sentiment de ne pas maîtriser. Cela engendre des inquiétudes sur ses capacités, sur son métier.

Enfin, il faut prendre en compte l’environnement de travail. Et, en particulier, les nouvelles technologies qui ont brisé la séparation entre vie personnelle et vie professionnelle.

Que peut-on faire individuellement pour se protéger du stress ?

Chacun de nous est en partie responsable du stress dans lequel il se trouve. Une même source de stress provoquera des niveaux de stress très différents en fonction des individus.

Voici quelques conseils pour se protéger du stress :

– Le stress est à la base une réaction du corps. Prendre soin de son corps est primordial : avoir une bonne hygiène de vie, soigner son alimentation, son sommeil. Et il faut utiliser avec prudence les faux-amis du stress – tabac, alcool… – qui soulagent sur le moment mais sont néfastes sur le long terme. Pratiquer une activité physique est également bénéfique.

– Faire des pauses de récupération est un moyen de lutter contre le stress permanent. Par exemple, avant une réunion, 2 minutes de relaxation permettent de détendre le corps et l’esprit. Pour cela, il suffit de respirer lentement, profondément, visualiser des images agréables (voir un exercice de respiration abdominale).

– Le stress génère des émotions négatives, de l’inquiétude. Il est important, pour compenser, de développer des émotions positives. Le soleil brille ? Je sors pour prendre mon café. Je suis dans une file d’attente ? Je lis une revue que j’aime bien. L’idée étant de s’offrir des moments qui nous font plaisir, de s’autoriser à sortir du cercle métro/boulot/dodo.

– Enfin, il ne faut pas rester isolé. Les personnes seules, qui n’ont pas de confident, pas de soutien social, vont craquer plus brutalement face à des problèmes de stress. Avoir des personnes avec qui on peut parler – des collègues, des proches, permet de recevoir de l’empathie, de se sentir compris.

Le stress n’est pas une fatalité. Individuellement, nous pouvons agir pour le réduire. Mais les entreprises aussi ont un rôle à jouer. Diminuer le stress professionnel est dans leur intérêt, notamment économique. Quand on travaille avec des salariés bien dans leur peau, l’absentéisme diminue, la performance augmente.

Pour recevoir les nouveaux articles publiés sur ce blog, vous pouvez vous abonner à notre mailing-list et nous suivre sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook et Google +.

> Management

Sur le même thème