Jeûne ou jeune ?
La réforme qui fâche

Comment embraser les réseaux sociaux en moins d’une heure ? Annoncer la suppression de l’accent circonflexe ! Source de tourments pendant l’enfance, le « chapeau » se retrouve, grâce à la réforme de l’orthographe, avec son fan club attitré. Votée en 1990 par l’Académie française, la réforme de l’orthographe sera appliquée dans les nouveaux manuels scolaires à partir de la rentrée 2016. Quels changements cela implique-t-il pour notre façon d’écrire ? Agent Majeur fait le point.

Un comité de soutien de l’accent avec #JesuisCirconflexe

Dès l’annonce de l’application de la réforme en février 2016, les réactions sur les réseaux sociaux ne se sont pas fait attendre. Quand certains marquent leur offense face au retrait du chapeau avec le hashtag « #JeSuisCirconflexe », d’autres s’amusent des tournures cocasses que peut prendre une phrase sans l’usage approprié de l’accent. L’expression « Je vais me faire un jeûne/Je vais me faire un jeune », a notamment fait fureur sur Twitter.

Pour autant, il faut noter que la suppression de l’accent circonflexe n’est pas définitive, et intervient encore moins lorsque le sens en dépend. Il est aussi important de rappeler que même si les nouveaux manuels seront frappés d’une mention « nouvelle orthographe », les enseignants ne seront pas tenus d’inclure ces rectifications dans leur programme puisqu’elles ne sont pas obligatoires.

Quels mots sont concernés par la réforme ?

Parmi les modifications de la langue française concernées, la disparition partielle de l’accent circonflexe reste la mesure la plus controversée. En effet, le « chapeau » disparaît des lettres « i » et « u » mais reste d’actualité dans certaines conjugaisons, pour les homonymes et les noms propres. Ainsi, le mot « jeûne » gardera son accent pour se distinguer de « jeune », et l’écriture du verbe « maitriser » sans accent ne sera plus considérée comme fautive.

Un autre changement consiste en la suppression du trait d’union liant les mots composés, comme « portemonnaie », qui pourront s’écrire tout attaché. Cette réforme implique aussi la simplification orthographique de mots tels que « nénufar » et « ognon », dont les écritures avaient été considérées comme contestables par l’Académie française. Des mots se retrouvent avec un accent grave plutôt qu’aigu, comme « règlementaire » et « évènement » pour accompagner leur prononciation. Bref, un chamboulement qui a semé la panique sur la Toile.

La réforme en quelques dates

La réforme de l’orthographe a été votée au printemps 1990 sur les recommandations du Conseil supérieur de la langue française, puis validée par l’Académie française. Pourquoi tant de temps pour la mettre en vigueur ? Tout simplement parce qu’elle n’avait rien d’obligatoire.

Elle était par conséquent passée inaperçue depuis sa publication dans le Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990. Mais dans le cadre de la réforme des programmes scolaires, elle refait surface et le bulletin officiel de l’Education nationale en fait écho le 26 novembre 2015. Ainsi, il est mentionné que l’enseignement a pour référence « les rectifications » de l’orthographe proposées en 1990.

La réforme concerne environ 2400 mots, soit 4 % du vocabulaire de la langue française. Même s’il est convenu que la nouvelle graphie fera référence, les mots concernés auront désormais deux orthographes… Un soulagement pour les conservateurs ou, comme nous, les amoureux de l’orthographe à l’ancienne !

Pour recevoir les nouveaux articles publiés sur ce blog, vous pouvez vous abonner à notre mailing-list et nous suivre sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook et Google +.

> Communication écrite

Sur le même thème