Improviser dans
un cadre professionnel

Vous êtes en réunion de travail avec des clients, des collègues et soudain, on vous demande de faire un petit discours improvisé. Tous les regards se tournent vers vous. Vous êtes pris de court, votre esprit devient confus, votre respiration s’accélère, vous ne voyez pas d’échappatoire possible… Pas de panique ! Voici un récapitulatif de techniques et astuces pour réussir à improviser.

Improviser un discours est généralement source de stress. L’absence de préparation, de notes auxquelles se raccrocher, peut mettre en insécurité. Faites comme les pros de l’improvisation et transformez ces situations périlleuses en moments de complicité avec votre public.

Garder son calme

On vous demande un discours improvisé. Prenez une grande inspiration et souriez. Le sourire a un double effet : il indique à votre cerveau que vous êtes heureux, il envoie un signal positif à votre auditoire.

Immédiatement, faites taire vos pensées : « Je n’ai rien à dire, je vais rater mon discours, je vais être ridicule… » et concentrez-vous sur la réussite de votre intervention. Soyez d’avance certain de votre succès.

Vous pouvez aussi faire appel à une technique mentale de visualisation positive. Convoquez dans votre cerveau l’image d’un lieu que vous aimez, d’un souvenir agréable ou bien d’une intervention précédente réussie. Cela peut être aussi une image comique pour vous détendre. Gardez cette image dans un coin de votre tête, vous pourrez la solliciter en cas de besoin.

Enfin, regardez votre public pour établir la communication et trouvez la première phrase qui vous permettra d’enchainer.

Bien commencer

Vous devez prendre la parole alors que vous ne vous y attendez pas. Des astuces existent pour vous aider.

Vous pouvez vous appuyer sur ce qui vient d’être dit précédemment ou rebondir sur une remarque précise. S’il s’agit d’une question, vous pouvez la répéter ou la commenter brièvement, explique Odile Petillot, du club d’improvisation Toastmaster : « Je n’avais encore jamais envisagé les choses sous cet angle, mais voilà qui est intéressant ! ». Si cela s’y prête, vous pouvez décrire l’auditoire, rappeler l’occasion de la réunion.

Si vous n’êtes pas intimidé, racontez une anecdote, une histoire personnelle : « Cela me fait penser… ». Ou bien appuyez-vous sur une citation : « J’ai lu dernièrement… ». Ce sont de bonnes façons de démarrer un discours impromptu. Plus audacieux, vous pouvez débuter un dialogue avec l’auditoire, lui poser des questions. Cela vous permet de gagner du temps et d’acquérir la confiance du public.

Si l’on vous demande votre opinion sur un sujet, adoptez le plan suivant : reprenez les avantages, les points négatifs et exprimez votre opinion. Surtout, ne vous excusez pas de ne pas avoir préparé votre discours, l’auditoire est au courant !

Que faire si vous disposez de quelques minutes avant d’entrer dans l’arène ? Profitez-en pour organiser votre discours en 2-3 points. Tout d’abord, trouvez une idée – une seule – et illustrez-la rapidement avec un exemple. Celui-ci se raconte facilement, il permet de capter l’attention de vos auditeurs, qui vont alors vous soutenir au moment où vous en avez besoin. Votre niveau d’émotion baisse car vous passez dans le récit.

Rester sincère

Les gens ont en général de l’admiration pour ceux qui s’expriment en public avec confiance car ils savent que c’est un exercice difficile. D’ailleurs, souvent, vos interlocuteurs n’ont pas envie d’être à votre place d’orateur. Si vous êtes mal à l’aise, votre auditoire le ressent et est à son tour mal à l’aise. Au final, personne n’y gagne. Sauf cas particulier, votre auditoire souhaite que vous réussissiez.

Petit discours improvisé ou grand discours préparé, la règle est la même : restez sincère ! N’essayez pas de prendre le masque de l’orateur parfait, soyez-vous même, le public le ressentira et vous soutiendra. Le discours improvisé, n’étant par définition pas préparé, est propice au « parler vrai ».

Et soyez convaincu de ce que vous dites : « L’orateur doit croire en son message. Vous n’intéressez personne si vous n’êtes pas vous-même enthousiaste. » selon Cyril Gely, auteur du livre « Prendre la parole sans préparation ».

Faire simple

Quand vous improvisez, faites des phrases courtes, structurées autour d’un plan simple. Ne cherchez pas à faire des effets de style, ce n’est pas le moment. Concentrez-vous sur votre idée et les exemples pour l’illustrer.

Prenez le temps de parler, ne vous précipitez pas. Un débit mesuré montre que vous maîtrisez la situation. Il vous donne le temps de réfléchir, et il est plus agréable pour votre public.

Savoir s’entraîner

Vous passez des soirées à discuter entre amis, en famille ? Il vous arrive de raconter une histoire personnelle, une blague, une anecdote ? Comme Monsieur Jourdain, vous improvisez sans le savoir !

Vous pouvez davantage stimuler votre esprit en jouant au jeu suivant : chacun inscrit un thème sur un morceau de papier. Les papiers sont mélangés dans une boîte. Chaque personne tire un papier, se lève et improvise une minute sur le sujet inscrit sur le papier. C’est ainsi que vous pouvez être amené à parler des hirondelles, de Jean Paul Sartre ou bien du Boson de Higgs. Il n’y a pas d’enjeu, c’est amusant et stimulant pour votre cerveau.

D’une manière plus générale, cultiver sa curiosité permet d’avoir toujours quelque chose à dire. Pour aller plus loin, il existe des cours d’improvisation théâtrale ou bien des clubs où l’on développe un discours improvisé à chaque rencontre.

La stimulation est encore plus efficace si vous faites des gestes. En effet, les neurosciences nous apprennent que le mouvement anime l’esprit : parce qu’il augmente l’oxygénation du cerveau, le mouvement améliore aussi son fonctionnement et on observe une augmentation de la création de nouveaux neurones.

Anticiper

Winston Churchill, orateur hors pair et grand improvisateur avait coutume de dire : « Je n’improvise que lorsque je m’y suis longuement préparé ». Vous aussi, vous pouvez vous préparer en anticipant certaines situations.

Lors de votre prochaine réunion de travail, préparez-vous mentalement à improviser. Demandez-vous ce que vous diriez si on vous demandait soudain de prendre la parole. Notez 2-3 idées. De la même façon, convoquez une image mentale plaisante susceptible de vous détendre.

Vous disposez maintenant d’astuces et de techniques pour prendre la parole sans préparation. Pour ne pas vivre cet exercice comme une épreuve, souvenez-vous que vous improvisez sans cesse dans votre vie quotidienne. Et pour renforcer votre confiance en vous, prenez davantage la parole avec vos proches, racontez des histoires, des blagues. Jouez à improviser pour stimuler votre esprit. Car la meilleure façon d’apprendre l’improvisation, c’est de pratiquer !

Découvrez comment utiliser une question ou rebondir sur l’actualité pour accrocher votre public. Sur ce blog, découvrez également d’autres conseils pour vos prises de parole en public.

Pour recevoir les nouveaux articles publiés sur ce blog, vous pouvez vous abonner à notre mailing-list et nous suivre sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook et Google +.

> Prise de parole en public

Sur le même thème