Illustration scientifique :
schéma et dessin

La science se nourrit d’images. A l’instar des croquis de machines volantes de Léonard de Vinci, elles permettent aux scientifiques de donner corps à leurs projections et de rendre compte de leur travail. La communication scientifique utilise ces images et en produit de nouvelles. Car elles constituent un excellent vecteur entre le producteur de science et son public. Parmi les différentes formes d’illustrations scientifiques, Agent Majeur fait le point sur l’utilisation des schémas et dessins.

Les images attirent le regard, éveillent l’intérêt, clarifient. Objets à notre échelle capables de représenter l’infiniment grand et l’infiniment petit, elles donnent à voir le passé, le présent et le futur. La communication scientifique utilise principalement trois types d’images :

– Les photos et vidéos, éléments de preuve d’une réalité passée ou présente (article) ;
– Les tableaux et graphiques, représentations de quantités, de valeurs (article) ;
– Les dessins et schémas, représentations d’évènements ou d’éléments.

Dans cet article, nous nous intéresserons plus particulièrement aux dessins et schémas.

Donner à voir l’invisible

Les dessins s’attachent à restituer fidèlement la forme d’un objet, d’une figure. Souvent réalisés au crayon, ils prédominent dans la représentation de la faune et de la flore. Les schémas offrent une plus grande liberté car ils permettent de représenter des éléments inaccessibles dans l’espace ou dans le temps, voire des phénomènes n’existant pas encore. Ils donnent accès à des perspectives particulières – une coupe par exemple, et offrent la possibilité d’accentuer ou d’estomper des éléments selon leur importance.

Montrer l’intérieur d’un dispositif

Pour visualiser l’intérieur d’un objet, d’un bâtiment, rien de tel qu’un schéma. Le visuel ci-dessus représente un dispositif servant à augmenter le rendement des chaudières industrielles (brevet FR 2999280). Pour l’illustrer, nous avons choisi de nous appuyer sur un schéma. En effet, ces installations sont peu esthétiques et difficiles à photographier, car elles s’étendent sur plusieurs dizaines de mètres. De plus, cette représentation offre une plongée au cœur du dispositif. Pour les mettre en relief, le condenseur et son circuit de contournement, objets du brevet, ont été agrandis par rapport à leur taille relative dans l’installation.

Illustrer les étapes d’un processus

Les étapes d’un processus peuvent être représentées par une succession d’images fixes ou une image animée. L’illustration ci-dessous représente un dispositif breveté de recharge de véhicule électrique (brevet FR 2991828). Ici, nous avons privilégié une composition de la gauche vers la droite : à gauche, le procédé de charge dans son ensemble, à droite, le fonctionnement détaillé du dispositif breveté.

Dispositif breveté de recharge de véhicule électrique. © EDF 2014

Faire appel à un illustrateur

Les chercheurs peuvent réaliser leurs propres illustrations ou faire appel à un illustrateur scientifique. Cette collaboration passe par la définition d’un cahier des charges décrivant le visuel à réaliser à l’aide d’un texte et, éventuellement, d’un croquis. Pour une illustration animée, nous vous conseillons de détailler, dans un scénario, les différentes étapes de l’animation.

Dans le cadre de ses missions, Agent Majeur crée des illustrations scientifiques et peut, au préalable, élaborer le cahier des charges correspondant (nous contacter).

Pour recevoir les nouveaux articles publiés sur ce blog, vous pouvez vous abonner à notre mailing-list et nous suivre sur les réseaux sociaux : Twitter, Facebook et Google +.

> Graphisme

> Vulgarisation scientifique

> Communication écrite

> Prise de parole en public

Sur le même thème